[Avis Lecture] Lake Success – Gary Shteyngart

Points

Contemporain

Ma note : 14/20

Lake Success - Gary Shteyngart (Point) Avis lecture La Dusty Library (blog littéraire)
Crédit photo : @camladustylibrary

C’est ma huitième lecture du Prix du Meilleur Roman des Lecteurs Points 2021. Lake Success est un de ces romans « tranche de vie » typiquement américain dans la lignée de ce que peut écrire Joyce Carol Oates, John Irving ou encore Jonathan Franzen. Ici, on va suivre un morceau de la vie de Barry Cohen, père de famille travaillant dans la finance et qui va faire sa crise de la quarantaine en quittant tout pour entreprendre une traversée de l’Amérique en bus

Le Pitch

Barry Cohen sent que le vent est en train de tourner pour lui. Sa femme ne l’aime plus vraiment, son enfant est autiste et il ne parvient pas à le comprendre et il va bientôt se faire pincer pour son délit d’initié dans la finance. Sur un coup de tête, il décide de tout quitter et de partir de New-York à bord d’un bus, le Greyhound, direction le Nouveau-Mexique. Avec quelques billets en poche, vêtu des seuls vêtements qu’il a sur le dos mais avec une valise remplie de ses montres chouchous, Barry va découvrir l’Amérique des déclassés. Lui qui vit dans un luxueux building à Manhattan, il va faire la rencontre de personnages haut en couleurs au cours de son voyage mâtiné de teintes initiatiques

Quant à sa femme Seema restée à New-York, elle tente de palier son manque d’affection de la part de son mari disparu et de son fils autiste dans les bras d’un romancier en vogue. 

Mon Avis

Étrangement, Barry m’a beaucoup fait penser au personnage de Jimmy McGill dans la série Better Call Saul. Il a ce même côté loser génial qui, d’un côté, nous agace, mais reste terriblement attachant. Il a des aspects et des comportements de connard fini mais, en même temps, il est touchant. On sent qu’il est en quête de quelque chose. Il veut donner du sens à sa vie, rompre la routine. Il y a quelque chose de dramatiquement nostalgique dans ce roman. 

Même si les chapitres avec Barry sont majoritairement sur la route, à bord du bus, n’attendez pas de descriptions de paysages incroyables. La nature n’a pas vraiment sa place dans ce récit. Ce sont davantage les relations humaines qui sont au cœur du livre. Les rencontres, bonnes comme mauvaises, qui font grandir. 

Barry sort littéralement de sa zone de confort et se confronte à d’autres destins, d’autres façons d’être au monde et cela l’enrichit d’une certaine manière. Même si je n’ai pas “aimé” ce personnage dans le sens où je ne pourrais pas être amie avec lui, je pense que je l’ai compris et j’ai bien aimé suivre son périple.

Sans être un coup de cœur, ce livre était plutôt une bonne lecture. Je ne voterai pas pour lui pour ce prix littéraire mais je suis contente de l’avoir découvert.


Titre : Lake Success
Auteur : Gary Shteyngart
Edition : Points
Nombre de pages : 528
Prix : 8,90 €
L'acheter en ligne

Sponsored Post Learn from the experts: Create a successful blog with our brand new courseThe WordPress.com Blog

WordPress.com is excited to announce our newest offering: a course just for beginning bloggers where you’ll learn everything you need to know about blogging from the most trusted experts in the industry. We have helped millions of blogs get up and running, we know what works, and we want you to to know everything we know. This course provides all the fundamental skills and inspiration you need to get your blog started, an interactive community forum, and content updated annually.

[Avis Lecture] La Sorcière – Camilla Läckberg

Babel Noir

Polar nordique

Ma note : 16/20

La Sorcière - Camilla Läckberg (Babel Noir) Avis Lecture La Dusty Library (blog littéraire)
Crédit photo : @camladustylibrary

Sniff ! Me voilà bien triste. Je viens de terminer le dixième tome de la saga d’Erica Falck et Patrick Hedstrom. Je me sens orpheline de ces personnages que j’aime tant suivre et voir évoluer. Dans ce volet des enquêtes de la petite ville de Fjallbacka, en Suède, il va être question de l’assassinat d’une petite fille de 4 ans qui fait étrangement écho au meurtre d’une fillette du même âge, près de la même ferme, mais 30 ans plus tôt. 

Le Pitch

Les parents de Nea, 4 ans, se rendent compte que leur fille a disparu. Chacun pensait naïvement qu’elle était avec l’autre jusqu’au moment où ils constatent leur erreur. Immédiatement, ils font appel à la police qui organise une battue avec les habitants et quelques immigrés volontaires du camp de migrants. Ce qui n’est pas du goût de tout le monde. Nea va être rapidement retrouvée morte au même endroit où la petite Stella avait été assassinée 30 années auparavant. 

A l’époque, deux jeunes filles de 13 ans, qui faisaient du babysitting pour Stella, avaient été accusées. Hélène et Marie sont aujourd’hui adultes et mères. Hélène a refait sa vie à Fjallbacka, ne faisant pas de vague pour laisser s’éteindre les ragots du village. Quant à Marie, elle est partie pour faire une brillante carrière d’actrice Hollywoodienne. Un tournage à Fjallbacka la fait revenir dans le village au même moment où Nea disparaît. Une étrange coïncidence qui ne passe pas inaperçue. Patrick et ses collègues du commissariat mènent l’enquête pour résoudre le meurtre de la petite Nea. Quant à Erica, elle écrit son prochain livre sur l’affaire Stella.

Au XVIIe siècle, Elin perd son mari en mer. Se retrouvant veuve du jour au lendemain sans le sou, elle est recueillie, avec sa fille Marta, par sa sœur Britta dont la méchanceté n’a pas disparu depuis leur enfance. Elin assiste à la montée de l’intolérance concernant les femmes célibataires et marginales qui se voient accusées de sorcellerie et brûlées en place publique. Jusqu’à ce que…

Mon Avis

Ce livre est riche en intrigues et sous-intrigues. Comme à chacun de ses romans, Camilla Läckberg parvient à insérer tout un tas de thématiques sociétales qui donnent à réfléchir : le deuil d’un enfant, l’immigration, l’intolérance, la parentalité, l’erreur judiciaire, le harcèlement scolaire, l’emprise psychologique, le viol, etc… C’est vraiment très intéressant. 

Souvent, l’autrice joue sur une double temporalité passé/présent. Dans La Sorcière, elle tente la triple temporalité avec une histoire dans le présent (l’enquête de Nea), une intrigue 30 ans auparavant (l’enquête de Stella) et un récit dans un passé plus lointain encore, au XVIIe siècle (la destinée d’Elin). C’était un coup de maître. J’ai adoré chaque passage, chaque histoire. 

Ce livre est un peu plus long que les précédents tomes de cette saga, mais la plume de l’autrice rend la lecture addictive et on ne voit pas les pages défiler. Je me suis longtemps demandée si ce 10ème tome serait le dernier mais au vu du final j’ai l’intime conviction qu’on entendra à nouveau parler des aventures d’Erica et Patrick. Je croise les doigts pour ça en tous cas ! 


Titre : La Sorcière
Auteur : Camilla Läckberg
Edition : Babel Noir
Nombre de pages : 784
Prix : 10 €
L'acheter en ligne

A lire aussi :

[Avis Lecture] Querelle – Kévin Lambert

Points

Contemporain 

Ma note : 8/20

Querelle - Kévin Lambert (Points) Avis Lecture La Dusty Library (blog littéraire)
Crédit photo : @camladustylibrary

Je poursuis petit à petit mes lectures de la sélection du Prix du Meilleur Roman des Lecteurs 2021 avec les éditions Points. Je me suis donc attaquée à lire Querelle de Kévin Lambert. Une fiction syndicale (comme il est indiqué sur la page de titre) où l’on suit les grévistes d’une scierie canadienne. Malheureusement, beaucoup de choses m’ont dérangé dans ce livre. 

Le Pitch

Les salariés de la scierie de Roberval, au Canada, sont en grève pour dénoncer leurs conditions de travail et faire entendre leurs revendications. Querelle, jeune homme de 27 ans, est le dernier arrivé dans l’entreprise. Sans être véritablement politisé, il décide de suivre le mouvement et de faire lui aussi la grève par solidarité avec ses collègues. Mais ce qui intéresse le plus le jeune homme dans la vie, c’est de s’envoyer en l’air avec tout un tas de jeunes garçons, adolescents ou jeunes adultes. Querelle est un coureur de caleçons dont la réputation est bien connue dans toute la ville.

Mon Avis

Je n’ai pas du tout compris le projet de ce roman. Pour moi, la grève n’était ici qu’un prétexte pour mettre en scène des parties de jambes en l’air, en veux-tu en voilà ! Pourtant, il y avait matière à faire un roman avec des thématiques qui dénonceraient la déforestation, l’exploitation des salariés, souleveraient des questions sociétales et environnementales. Mais non, c’est viteuf abordé de loin. Mais par contre, il y avait une scène de sexe crue et détaillée presque dans chaque chapitre. À la limite de la pornographie. 

Je n’étais pas du tout avertie de ces scènes de baise crues et vulgaires car la 4ème de couverture n’en fait pas mention. Mais ce n’est pas tellement le pire. Des scènes horribles et choquantes arrivent vers la fin du roman qui auraient mérité, à mon sens, un warning bien explicite sur la 4ème de couv’ ou en début de roman. Je tiens pour ma part à vous prévenir : scènes +18 et âmes sensibles s’abstenir car il y a de la nécrophilie, du cannibalisme et une scène de suicide en direct sur Internet. Voilà. Je ne pense pas spoiler en disant ça, mais je souhaite avertir le lecteur. Je pense que c’est la moindre des choses.

Sinon la plume de l’auteur se lit plutôt bien et nous plonge au cœur du Canada francophone avec des expressions typiquement québécoises. C’est assez descriptif, il n’y a pas énormément de dialogues mais ça se lit bien. 

Toutefois, vous l’aurez compris, je n’ai pas aimé ce roman qui, pour moi, servait surtout à décrire des scènes de cul et des scènes choquantes qui ne servaient absolument pas le propos. Je suis une grande fan de thrillers bien sombres et bien glauques. Je suis “habituée” à lire des scènes comme celles-là. Le problème de ce livre, c’est que ces scènes sont totalement gratuites et ne servent pas le récit. De même, ce n’est pas le fait qu’ils s’agissent de relations homosexuelles le problème (je tiens à le préciser, hein !), mais le souci c’est que c’est à la limite de la pornographie et que ça ne sert pas non plus l’histoire. Si ça avait été des relations hétéro, le problème restait le même. 

Bref, c’est peut-être une des rares fois où je dirais ça d’un livre car je suis assez bon public et j’arrive toujours à trouver du positif dans mes lectures, même celles que je n’ai pas aimé. Mais là, vraiment : j’ai du mal à comprendre comment ce livre puisse se retrouver dans la sélection d’un prix littéraire, passez votre chemin ! 


Titre : Querelle
Auteur : Kévin Lambert
Editions : Points
Nombre de pages : 240
Prix : 7,50 €
L'acheter en ligne